28e anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfants (1989-2017)

C’est le 20 novembre 1989 qu’a été adoptée, à l’unanimité, aux Nations Unies, la Convention des Droits de l’Enfant.

Tous ses articles nous semblent l’évidence même. Mais qu’en est-il en réalité ?

Il y a nos enfants gâtés qui, bientôt, recevront la visite de Saint-Nicolas et du Père Noël. Il y aura de la joie, quelques excès ici ou là, mais ce sera du bonheur.

Il y aura des déceptions, il y aura des familles en grande détresse matérielle qui n’auront pu répondre aux attentes de leurs enfants.

En Wallonie, près d’un enfant sur quatre vit en dessous le seuil de pauvreté. Il lui manque des jeux d’intérieur, des livres adaptés à son âge, un endroit pour faire ses devoirs. Il n’invitera pas ses amis à son anniversaire. Il n’ira pas en voyage scolaire, il ne fera pas d’activités extrascolaires, il n’aura pas de repas équilibrés…

Mais aussi…
« Les enfants doivent être protégés de tout abus sexuel. »

Mais aussi…
« Les enfants ont le droit à la protection en temps de guerre, aux soins de santé, à un habitat.
Les enfants souffrant d’un handicap ont droit à un enseignement et à des soins spécialisés.
Les enfants ont droit à l’eau potable. Ils ont le droit de jouer, d’avoir leur propre culture, de connaître leurs droits. »

Certes, nous avons mis en place des moyens et des structures, je pense notamment à l’ONE – Office de la Naissance et de l’Enfant, et à l’UNICEF qui intervient au niveau international. Mais nombreux sont les défis qu’il nous reste à relever, le plus grand étant celui de la pauvreté.

Sans oublier le manque d’accueil pour les enfants réfugiés, le manque de structures d’accueil pour les enfants porteurs d’un handicap, sans oublier tous ceux que l’indifférence exclut de notre quotidien.

Il y a l’enfant heureux. Le nôtre… et tous ceux qui devraient l’être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *