2018 : Le courage de l’engagement: proximité, solidarité, respect!

NOTRE COMBAT POUR LA #DÉMOCRATIE

Les valeurs de la démocratie et du progrès social sont en danger. Ici comme ailleurs, elles sont durement éprouvées et s’estompent peu à peu. Nombreux sont ceux qui se plaisent à les fouler aux pieds. Moins nombreux sont ceux qui décident de s’engager pour elles.

Ailleurs, parfois pas très loin, à nos portes, des femmes, des hommes, des enfants sont exploités, humiliés, exclus, vendus, condamnés à mort, exécutés…

Ces drames se déroulent juste sous nos yeux –, et ceci dans l’indifférence quasi générale. Des femmes, des hommes, des enfants : c’est-à-dire nos sœurs et nos frères en #Humanité.

Face à ces drames, que faisons-nous ?

Des irresponsables politiques – aux États-Unis ou en Corée du Nord – préoccupés par de petits calculs et des querelles d’ego, sont à l’origine de tensions mondiales pour des raisons obscures et au mépris de toute préoccupation humaine. Ces tensions font le « buzz » (qu’on pense, par exemple, à la décision trumpienne de transférer l’ambassade américaine à Jérusalem), puis on passe à autre chose… comme si de rien n’était. L’information se consomme, comme le reste.

Pologne, Hongrie, Autriche, Turquie, Birmanie… quelques pays où les forces de l’extrême et du rejet reviennent au pouvoir. La différence sous toutes ses formes – quant à la couleur de la peau ; quant aux origines ethniques ou sociales ; quant au sexe ou à l’orientation sexuelle ; quant aux convictions politiques ou aux croyances religieuses – devient, ici et là, le mal à combattre. Celles et ceux qui sont différents sont alors les premières victimes : stigmatisés, méprisées, réprimées, parfois torturées, violées ou tuées.

Que faisons-nous ? Là encore, l’indifférence est totale !

Chez nous aussi, ici même, en Belgique, des décisions inhumaines et scélérates sont prises par des « responsables » politiques, parfois au mépris du Parlement et des principes fondamentaux notre démocratie. On traque, on rafle, on perquisitionne de façon arbitraire, on néglige la vie privée de femmes et d’hommes qu’on considère à peine comme des êtres humains.

Ces décisions ont toujours les mêmes conséquences tragiques. Elles touchent les plus faibles. Elles renforcent la détresse des plus fragiles. Elles stigmatisent ceux qui sont différents. Elles attisent les tensions sociales. Elles nourrissent, chaque jour un peu plus, le rejet de l’autre, de l’étranger, du migrant, du réfugié, du voisin même.

Et tandis que les précaires se voient accusés de tous les maux, tandis qu’ils sont pourchassés et criminalisés, partout et toujours, les plus riches deviennent encore plus riches ; encore plus indifférents aux malheurs de notre monde.

DÉFENDRE LA #SOLIDARITÉ

Soyons lucides et courageux : la solidarité est plus que jamais en péril.

Pis encore, les organisations diverses – associations de la société civile, syndicats et mutuelles – chargées de défendre et de promouvoir l’esprit de solidarité sont en ligne de mire de nombreux dirigeants orientés à droite. Les mobilisations citoyennes, l’engagement et les combats sociaux : tout cela fait horreur à ceux qui mettent l’individualisme et la réussite purement individuelle sur un piédestal.

Voici pourquoi, s’il y a une première mission à remplir en 2018, c’est bien celle de réhabiliter la lutte pour la solidarité – partout et pour tous !

La solidarité, c’est l’attention qu’on porte à l’autre, c’est l’écoute et l’entraide au quotidien, c’est le plaisir du partage et de la rencontre, c’est le sens de la justice et de la paix.

S’il y a une deuxième mission, c’est celle d’oser dénoncer, sans détour, les risques et les dangers que des politiques inhumaines, irrespectueuses, aveugles font courir au vivre ensemble et à la société tout entière.

Arrêtons d’être les spectateurs inertes et désabusés du mépris et de la violence qui progressent. Mobilisons-nous contre les populismes et les idées étroites… car un jour, bientôt peut-être, il sera trop tard.

Nous devons oser intervenir, résister, lutter ensemble ! Nous devons oser nous mobiliser pour combattre l’irrespect et l’inhumanité ! Nous devons oser défendre nos valeurs ! Nous devons, surtout, cesser d’avoir peur d’être inaudibles.

Ceux qui ont le courage de s’engager ne sont pas inaudibles !

En effet, c’est dans le bruit du silence que se nichent la mort de la démocratie et le suicide politique des progressistes de tous horizons.

CONTRE LA POLITIQUE DU MÉPRIS

Ceci étant dit, certains comportements, de plus en plus présents depuis le 19 juin dernier, ne cessent de progresser. Je le regrette. Je m’en inquiète.

En effet, force est de reconnaître une augmentation constante de l’irrespect et du mépris en politique : mépris de la parole donnée ; mépris des accords et des signatures ; mépris des idées et des projets des autres ; mépris de l’adversaire politique ; mépris des électeurs, tout simplement. Oui, mépris des électeurs !

Reconnaissons combien les petites guéguerres ne font que desservir le monde politique dans son ensemble et affaiblir la #démocratie. Elles discréditent l’action, le travail et l’engagement de tous les mandataires. Les citoyens en ont assez – et on les comprend. Ils sont lassés de toutes ces chamailleries. Ils méritent mieux que cela.

L’heure est grave. Les extrêmes se voient partout confortés. Le populisme a le vent en poupe. L’irrespect devient la norme et l’indifférence la règle. Le seuil de tolérance face à l’inhumanité n’en finit pas de grandir.

Très concrètement : plutôt que de se donner en spectacle, les élus de tous les partis doivent faire preuve de courage et de vision en dépassant les clivages politiques et philosophiques. Ils doivent mettre un terme à cette fuite en avant aussi puérile que funeste.
À gauche comme à droite, il convient de se mobiliser pour défendre les valeurs profondes de la démocratie. Ces valeurs sont aujourd’hui malmenées, mises à mal par des opportunistes qui veulent faire le « buzz » sur les réseaux sociaux. Leur but : exister médiatiquement.

Les opportunistes et les démagogues de tous les pays, amateurs et producteurs de fake-news, se plaisent à gouverner au culot : au mépris complet des femmes et des hommes ; au mépris de la vérité et de la justice ; au mépris de tout et tous !
Face de tels comportements, l’indifférence a assez duré ! Elle représente, à mes yeux, la pire des réponses.

POUR UNE DÉMARCHE DE PROXIMITÉ

Voici pourquoi j’entends réaffirmer mon attachement fidèle à la démarche de proximité, de respect et d’écoute. Cette démarche est la seule qui vaille dans l’espace politique et au-delà. Elle traite tous les êtres humains en égaux.

Nous avons, j’en suis convaincu, le devoir de promouvoir, de défendre et d’emprunter le chemin du partage, de la modestie et de l’honnêteté intellectuelle. En tant qu’élus de terrain, tâchons de nous rendre disponibles aux autres – à tous les autres, sans distinction d’origine ni de conviction. C’est ici que réside l’avenir de la démocratie !

J’invite les femmes et les hommes politiques de la majorité comme de l’opposition à travailler de manière cohérente en dépassant les discours pour passer aux actes. Œuvrons dans le sens du partage et de la solidarité. Tissons des liens. Maillons, remaillons sans sens cesse.

Les citoyens attendent de leurs élus des discours sensés ; des actions concrètes ; une présence discrète ; une écoute active. Il ne s’agit pas de les décevoir !

Les missions évoquées ici sont cruciales. Elles sont exigeantes aussi, je ne l’ignore pas. Toutefois, lorsqu’elles font l’objet d’un engagement constant et authentique, il est bien moins lourd de les respecter. J’en suis le témoin depuis 40 ans ! Tisser des liens, c’est une façon d’être et non de paraître ; une façon d’agir et non pas de subir.

2018 : BÂTIR UN #AVENIR MEILLEUR POUR TOUS

Réaffirmons-le encore une fois : la solidarité est sans frontières. Et ceux qui l’oublient sont condamnés à revivre les drames du passé.

Construisons ensemble, dès maintenant, un monde meilleur et surtout plus juste ; un monde fondé sur le respect des différences ; un monde où l’entraide vaut mieux que la compétition ; un monde où l’écoute prévaut ; un monde où chacun peut trouver sa place ; un monde où la force ne fait pas loi ; un monde de fraternité.

C’est ce monde que je veux bâtir, avec tous, en #2018.

Excellente année solidaire à toutes et à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *