70ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

C’était le 10 décembre 1948. La Deuxième Guerre Mondiale avait bouleversé le monde. Les hommes reprenaient leur souffle.

Ils espéraient.

La barbarie avait été infinie comme le sera la reconstruction, comme l’avait été l’absence, le deuil, comme devait l’être la renaissance.

De cette terrible expérience est née la nécessité de formaliser les droits fondamentaux, la dignité, l’égalité des hommes et des femmes, les libertés fondamentales. On s’est défini un idéal commun à tous les peuples et à toutes les nations. On a proposé le respect universel par l’enseignement et l’éducation. On a voulu croire en une conception commune des droits et des libertés.

En 1998, pour saluer le cinquantième anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et le 80e anniversaire de l’Armistice de 1918, j’ai organisé « Les Rencontres de la Mémoire », proposant à des adolescents et des Anciens Combattants de se rencontrer sur le thème de la Mémoire et de la Citoyenneté. Nous avons parcouru toutes les provinces, nous sommes allés au Parlement fédéral, au Parlement européen, en présence du Roi Albert II et de la Reine Paola. Nous avons terminé ce parcours à New-York, au siège des Nations Unies.

Les Anciens ont raconté, les jeunes ont questionné. Nous avons parlé d’engagement, de courage, de solidarité, de vigilance, de valeurs, on s’est dit que le passé devait servir.

Nous avons espéré.

Article premier : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Mais chaque jour nous dit que l’espoir ne suffit pas ….

 

André Flahaut

Ministre d’Etat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *